Feed_24x24 Twitter_24x24 FaceBook_24x24 Youtube_24x24

[Sbs Planches] - La méthode Edward

Voici un step by step que je vais essayer de détailler le plus possible pour vous montrer une des méthodes possibles pour la création d'une planche de BD. Méthode très personnelle et sûrement pas polyvalente à tous les dessineux, mais ça peut vous donner des pistes à suivre.
Alors commençons par le commencement…


1. Elaboration de l'histoire et premiers jets

 

Je passe la façon dont les idées se sont entremêlées dans ma tête pour faire une histoire, et j'en arrive donc au scénario écrit, succession de descriptions et de dialogues. Une fois imprimé, je note d'un trait les transitions estimées d'une page à une autre. Chaque trait marque la fin d'une page.
Cette première approche permet non seulement une estimation assez précise du nombre de pages du one-shot, mais fait aussi pas mal travailler l'imagination. En estimant le début et la fin de chaque page, elles commencent à prendre forme dans ma tête.

 

Pour mieux cibler ce step by step (et ne pas tout dévoiler de mon one-shot^^"), nous allons nous focaliser sur la page 14.
Selon le découpage du scénario, la page 14 correspond à :"Il part en courant dans la rue parallèle, espérant lui couper la route. Il rattrape le véhicule[…]"
Le storyboard entamé, le héros est déjà dans la rue en question à la fin de la page précédente. J'enchaine donc l'action.
Je décide que le héros doit manquer de se faire renverser pour faire ressentir au lecteur qu'il ne réfléchit plus, il suit son instinct et met presque sa vie en jeu. Il court de tout son cœur.

1

2. Crayonné et encrage

Le storyboard me satisfait, je prends une feuille bristol, je trace les cadres et je les encre tout de suite pour avoir de bonnes bases de travail.

2

Concentrons-nous sur la première ligne.
Pour les traits d'ébauche, j'utilise un crayon bleu, couleur facile à enlever avec Photoshop. Je peux donc faire autant de ratures que je veux.
Je commence par des traits simples qui délimitent la forme des personnages et les grands axes des perspective et de décors. Ca permet de mieux gérer l'espace de la case et de respecter les proportions et donc, le réalisme.

3

Avec le même crayon bleu, je commence à faire apparaître les détails de chaque case. Le trait n'est pas forcément définitif mais doit être très proche du dessin final car c'est la dernière étape au crayon bleu.

 

4

Je peux maintenant passer à l'encrage. Pour ma part, j'utilise des feutres de marque Neopiko ou Artline. Les deux sont agréables à utiliser et donnent de bons noirs dans l'ensemble.
Je commence par tracer les contours les plus importants avec un feutre 0.1mm.

5

Puis je passe aux parties plus détaillées de chaque case (décors lointains et détails des visages le plus souvent) avec un feutre 0.05mm.

6

Maintenant, en alternant ces deux feutres selon le détail, je rajoute des pleins et déliés aux traits, pour souligner le relief des personnages ou certaines ombres (sous le menton par exemple).

7

Passage très personnel. Dans la majorité de mes BD, je fais apparaître les ombrages sous formes de hachures régulières. Pour cela, j'ai besoin d'un feutre 0.03mm. Plutôt très rare, je n'en ai trouvé jusque là qu'à la librairie Junku à Paris, de la marque Neopiko. Attention, la mine est extrêmement sensible et ne survit pas à un choc, en prendre grand soin.

Avec ce feutre, je délimite d'abord toutes les zones d'ombres des personnages.

8

Puis je remplis les zones délimitées avec ce même feutre. Les hachures sont régulières et toutes dans le même sens… question de goût.

9

Mon travail ne se fait pas toujours exactement dans cet ordre-là, mais c'était plus clair pour un Sbs. En tout cas, chaque étape est importante et est répétée sur l'ensemble de la page.

10

11

12

13

14

Remarque : Je n'applique pas de déliés ou d'ombrages hachurés ou non sur l'ensemble du décor. De même, les visages des personnages n'ont jamais de hachures. Ce n'est pas un oubli (peut-être de la fainéantise, ça c'est possible XD), c'est un choix volontaire, sans argumentation valable, juste une question de goûts là aussi. Les hachures ont tendance à étouffer les émotions des visages à mon goût, et je préfère que l'attention du lecteur se porte sur les personnages plutôt que sur le décor. Pur choix du dessinateur, à vous de trouver votre façon de faire. Il est d'ailleurs très possible que je change mon fusil d'épaule moi aussi, à l'occasion.


3. Scannage, Lettrage, et Tramage

 

Pour cette étape, vous avez besoin d'un ordinateur et d'un scanner. Plusieurs logiciels sont utilisables, mais personnellement, je recommande le bon vieux Photoshop.

Je ne vais pas détailler le lettrage, les onomatopées et le tramage, puisque j'utilise les méthodes décrites dans les tutoriels présents sur ce site dans la section création de BD. Techniques que j'utilise avec plus ou moins de succès.

Je vais juste préciser le pourquoi de l'utilisation du crayon bleu. Car voilà tout l'intérêt, je n'ai pas gommé quoi que ce soit avant le scannage car cela risque parfois d'éclaircir les zones de noir ou de faire carrément disparaître les hachures des ombrages.

Je scanne donc tel quel, et sous Toshop, je rends les traits bien noirs en réglant les niveaux (ctrl+L). Vous pouvez passer en mode négatif pour une meilleure visibilité des imperfections (Ctrl+I). Ensuite, je sélectionne le bleu de la page avec la pipette, puis je clique sur "Sélectionner", puis "plage de couleurs".

15

Avec la réglette de tolérance, je sélectionne un maximum de bleu sans toucher au reste du dessin (après deux ou trois essais on chope le coup).
C'est assez rare d'enlever tout le bleu en une seule fois, il faut en général répéter l'opération deux à trois fois pour ôter toutes les nuances de bleu.

16

Une fois terminé, je peux passer en mode niveau de gris et commencer à travailler sur un line propre.

Après nettoyage, lettrage et pose des onomatopées, la page donne ceci.

17

A noter que j'ai finalement rajouté des hachures sur certains éléments de décors comme le feuillage des arbres, pour donner plus de vie et de réalisme au dessin.

Et enfin, je pose les trames.

18


Des trames unies, sans dégradés ni effets de styles… ça aussi c'est un goût personnel. J'aime la simplicité des trames, je ne m'en sers quasiment que comme aplats.


J'évite volontairement de mettre des traits de vitesse comme il devrait normalement y en avoir, notamment dans la case où la voiture freine, car je veux conserver un aspect onirique à la poursuite. Dans l'histoire, rien ne semble vraiment brusque, tout semble un peu flotter…

 

Et voilà comment je travaille.

C'est une méthode assez longue et laborieuse que je ne conseillerai pas forcément dans sa globalité, mais je pense que certaines étapes peuvent être instructives pour ceux qui apprennent à créer des BD.


Cette page est tirée de la BD "Par-delà les Rubans", écrite et dessinée par votre serviteur Edward, disponible dans le Fanzine Touch#4, édité par Kejhia.

 

[Edward - http://r.edward.free.fr/]

.

.

Prochaines dates

Paris Manga [Paris] - février (sous réserve de parvenir à décrocher un stand...)

Japan Expo [Paris] - dates inconnues